Une autre pièce des mêmes auteurs, _les rantzau_, présente un curieux exemple de la musique employée

Éléments de statique théâtrale. Voilà l’idée particulière. Dans un tableau, cette contradiction serait absolument choquante et constituerait une faute grossière.

On pourrait tout d’abord insister sur le peu de convenance architecturale de cet hémicycle, attendu qu’il n’est pas nécessité par une forme particulière du mur du péristyle.

C’est la généralité d’un phénomène qui justifie sa représentation. Étant donnée une oeuvre dramatique d’une certaine valeur intrinsèque, si une mise en scène judicieuse et modérée lui fait produire un effet représentatif suffisant pour trente mille personnes, ce même effet représentatif sera insuffisant pour deux cent mille. Surtout ce manteau devrait être taillé dans un tissu un peu épais, afin d’avoir l’aspect d’un vêtement de campement, propre aux embuscades et aux nuits passées dans les gorges sauvages des montagnes. Au moment où la reine, émue d’un amour inconnu qu’elle sent monter jusqu’à elle, exhale en tristes plaintes l’ennui que lui causent sa solitude et son royal esclavage, des lavandières passent en chantant dans les bruyères et leurs voix qui meurent en s’éloignant jettent dans son âme des paroles enflammées d’amour. Une troupe part de Paris, avec armes et bagages, et s’en va de ville en ville, montant partout l’unique pièce qui compose son répertoire et pour laquelle elle a pu faire les dépenses d’un appareil représentatif, très supérieur à celui qu’aurait eu à sa disposition un directeur de province. Et encore c’est théoriquement que je compte ce dernier qui en fait n’existait pas et dont par conséquent la décoration correspondante serait restée d’une parfaite inutilité. Mais, néanmoins, l’aspect de Phèdre, lorsqu’elle paraît sur la scène, n’est pas tel qu’il devrait être. Si nous regardons d’abord avec attention un paysage, nous nous apercevrons que la distance a pour effet, dans la nature, de rendre de moins en moins visibles les nombreux détails de chaque objet et d’éteindre de plus eu plus l’éclat de leurs couleurs par l’épaississement progressif de la couche d’atmosphère; si ensuite nous examinons un tableau, nous verrons que les peintres produisent l’illusion de l’éloignement, d’une part, par l’effacement des traits particuliers, et, d’autre part, par la dégradation des tons.

2 commentaires

  1. Hey there! I’ve been reading your website for some
    time now and finally got the courage to go ahead and give you a shout out from New Caney Texas!

    Just wanted to say keep up the fantastic work!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *