Un coup de sonnette retentit dans l’air apaise de l’hotel

Quant a Maurin, dit Pons, si on veut le voir, il n’y a qu’un moyen. . . Dolores passait ainsi des jours tristes et decolores, au fond d’une etroite cellule, privee de tous rapports avec le monde, et ne conservant plus meme l’espoir d’etre un jour rendue a la liberte; son frere, du reste, lui avait fait connaitre sa volonte a cet egard: il exigeait qu’elle prit le voile. Je la connais, reprit en souriant don Jaime, mais venez donc que je vous presente a deux dames qui desirent vous connaitre, ne demeurons pas davantage ici. Et elle obeissait a tout, a l’ordre anterieur qu’il lui avait donne, d’attendre, de se taire, de ne pas bouger, comme a celui, le meme, qu’il lui donnait a present.

Voyez il penche, dans un instant il tombera. Abandonnant alors la salle a manger, elles s’envolerent au jardin comme deux colombes effarouchees. Aux fils du telegraphe des gemmes hyalines s’irisent. Non, rassurez-vous, je ne suis pas le demon, mais je sais beaucoup de choses, sur vous surtout, cher seigneur, et sur les nombreux trafics, auxquels vous vous livrez; je connais le marche que vous avez fait avec un certain don Diego; de plus, si vous le desirez, je vous repeterai mot pour mot la conversation que vous avez eue il y a une heure a peine, dans cette salle meme ou nous sommes en ce moment, avec les senores don Melchior de la Cruz et don Antonio Cacerbar. Ne vous semble-t-il pas que, dans cette situation, nous devons nous tutoyer? –Cela me semble evident, la perfection du role l’exige. . Il se rapprocha du yacht.

. Nous le retrouverons; nous; quel est le second? –Ne l’avez vous pas devine deja? –Don Melchior, n’est-ce pas? –Oui. Ce Maurin est un gueux qui trompe les filles, tout le monde le sait, et qui tromperait sa femme. Bientot l’oiseau de proie changea l’heure de ses visites. . Maurin et les Pons les avaient traces la veille, c’est-a-dire qu’ils avaient releve les traces a vue, sans le secours d’aucun limier. Toutes les industries du pays furent delaissees par les indigenes qui, tous, devinrent les ouvriers des d’Auriol.

. En expedition, ainsi tout seul, a Mexico? Ah ca, tu te moques de moi, bribon? –Je vous jure, sur la part que j’espere en paradis, Excellence, que je vous dis la stricte verite; d’ailleurs je ne suis pas seul ici, mon capitaine m’accompagne, c’est meme sur son ordre expres que je suis venu. . Les peones avaient panse tant bien que mal les blessures de leur maitre. Je me deguise pour aller prendre langue, et savoir a quel point en sont nos affaires a Puebla, les habitants de cette ville sont fort religieux; les couvents y fourmillent, je vais prendre un costume de camaldule a la faveur duquel je pourrai vaquer a mes occupations sans craindre d’attirer l’attention sur moi.

Il n’y a rien, rien, pas un poil, pas une plume. Tous trois, arrives pres de l’inconnu, se placerent devant lui et demeurerent immobiles, le regardant dormir. Puis en meme temps que cette troupe opererait, l’autre moitie de la cuadrilla sous les ordres de Cuellar lui-meme et guidee par don Melchior, escaladerait silencieusement les murs de l’hacienda du cote des corales, que, sans doute, on negligerait de garder pour demeurer a la defense des batiments dont ils etaient assez eloignes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *