), qui sont incompatibles avec un décor nocturne, c’est qu’en effet, dis-je, la nature évoquée par

Nous dirons de plus, au sujet des costumes, que, quelle que soit la vérité présumée de ceux que l’on choisit, ils ne peuvent être jugés et considérés à part de la personne même de l’acteur ou de l’actrice. Un metteur en scène et un directeur de théâtre doivent donc posséder une connaissance étendue des principes des arts et surtout de leurs fondements scientifiques, car ceux-ci sont dans l’art théâtral et particulièrement dans la mise en scène d’une application constante. Or, l’accord entre les manières de voir n’est autre chose que la possession commune d’une image générale identique. Mais de ressemblance avec quoi? Avec la mort d’un parent à laquelle il aura assisté dans sa famille ou d’un moribond d’hôpital dont il aura par scrupule été étudier l’agonie? Nullement; mais de ressemblance avec l’idée de la mort que possèdent les quinze cents spectateurs qu’il a devant lui. En peinture, quand-il ne s’agit pas d’un événement historique, et que la nécessité d’une fin ne s’impose pas, le peintre choisit souvent les attitudes et les gestes de ses personnages pour le charme et le pittoresque de leur mouvement, et non pour déterminer l’esprit à envisager un événement subséquent, dont la possibilité n’est pas en cause.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.