On pourrait tout d’abord insister sur le peu de convenance architecturale de cet hémicycle, attendu qu’il

Les arts (et pour plus de simplicité, je ne considérerai ici que la poésie, la peinture et la musique), les arts, dis-je, n’ont d’autre but que de nous fournir des impressions auditives, optiques et intellectuelles. Les figurants, il est vrai, n’ont plus à réciter les choeurs de Sophocle, d’Euripide et d’Aristophane, qui comptent parmi les plus beaux morceaux que nous ait laissés la poésie lyrique.

Pourquoi dès lors tient-il son arc à la main, ses armes étant la dernière chose qu’il ceindra ou qu’il prendra avant de monter sur son char? J’ajouterai que cet arc est plutôt une arme de chasse qu’une arme de guerre et se trouve par suite en contradiction avec ce vers de la tragédie: Mon arc, mes javelots, mon char, tout m’importune.

Toutefois celui de Théramène a un aspect un peu biblique, qui conviendrait mieux à un apôtre qu’au gouverneur d’un prince grec. Théramène paraît descendre d’une toile de Poussin. De la clarté de l’image dépendent la netteté et la sérénité du jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *