Nous savons qu’en général ici la crise dramatique éclatera par suite du conflit probable de passions

Le théâtre de Scribe. Lorsque son chagrin inquiet l’arrache de son lit, est-ce bien là le costume d’une femme mourante et qui cherche à mourir? Phèdre, surexcitée par la pensée qui l’obsède sans trêve, agitée par la fièvre qui la dévore, a voulu quitter sa couche, revoir la lumière du jour, peut-être retrouver quelques traces fatales de cet Hippolyte dont le fantôme habite sa pensée. D’ailleurs, au théâtre, un acteur ne se substitue pas à un autre, il lui succède; et il y a toujours au moins dans l’ajustement du costume quelque détail à modifier. Nous savons maintenant à quoi tendent les représentations classiques, le but qu’elles poursuivent et la sensation suprême qu’elles s’efforcent de faire éprouver à tous les spectateurs.

Ici, je n’ai pas d’ailleurs à examiner cette question dans les détails infinis qu’elle comporterait: je l’ai ramenée à sa plus simple expression.

Les moments lui sont précieux, c’est pourquoi Phèdre, soutenue par ses femmes, s’affaisse sur le premier siège à gauche qui se trouve à sa portée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *