Maurin eut grand’peine a s’empecher de courir a elle, mais il se retint, ayant compris qu’elle

Vous serait-il egal, Excellence, de me serrer le bras un peu moins fort, vous me le tordez si cruellement qu’il doit etre demis. , vers quatre heures de l’apres-midi, au moment ou le soleil, deja bas sur l’horizon, ne deversait plus que des rayons obliques sur la terre calcinee par la chaleur du mediodia et que la brise, en se levant, commencait a rafraichir l’atmosphere embrasee, deux voyageurs, bien montes, emergerent d’un bois touffu de yucas, de bananiers et de bambous aux aigrettes de pourpre, et s’engagerent sur une route poudreuse aboutissant par une suite de degres immenses a un vallon ou un ruisseau limpide courait a travers la verdure et entretenait une douce fraicheur. Que voulez-vous dire? –Rien autre chose, sinon que l’argent et les valeurs que vous vous flattez de trouver dans mes bagages n’y sont pas; je vous connais trop bien, senor, pour ne pas avoir pris mes precautions dans la prevision de ce qui arrive en ce moment. J’ai connu, voici quelques annees, un vieux gavot, un paysan de la montagne, qui s’appelait Marius-Sidoine Cabasse. Tout a coup: –Halte! cria Maurin, d’un ton imperieux. C’etait un hebraisant remarquable, un orientaliste de premier ordre, quoique inconnu; il avait lu le chef-d’oeuvre de chaque litterature dans le texte original. Son costume tout de velours noir, d’une coupe exceptionnelle, tranchait avec la paleur mate de son teint, et ajoutait encore s’il est possible a l’aspect saisissant de tout son individu. . Je vous comprends, Maurin, je vous prie donc de m’excuser, mais soyez sur que votre secret est bien garde.

Mais enfin, quoi? Que voulez-vous dire? –Connais-tu cet homme? –Ma foi, non; pourquoi le connaitrai-je? –Je ne te demande pas cela; puisque tu ne le connais pas, comment se fait-il que tu nous l’amenes ainsi au rancho, sans dire gare? –Mon Dieu, par une raison bien simple: je revenais de Cholula, lorsque je l’ai trouve couche en travers du chemin, ralant comme un taureau agonisant. Aimes-tu mieux n’en facher qu’une et que ce soit moi? Tu sais bien que je suis Corse? –Oh bien! moi, dit Maurin tranquillement, je suis _Teur_ (turc), pauvre de moi! Le Turc, pour un Provencal, c’est l’homme aux mille femmes. Non! non! je n’ai pas menti, non, je n’ai pas menti! hurla la soeur de Grondard.

Bien, fit l’aventurier, des qu’ils se trouverent completement abrites derriere les arbres, maintenant attendons. Baptise Cesar, on l’appela et il se fait appeler Cesariot. . . Il connaissait sa fille et ses apres fiertes de race.

Admirations pour les toilettes de Paris tendues sur les mannequins rigides.

Temoins ce dernier accident et la dedaigneuse indifference des gens. Rinal, chez qui Maurin avait envoye Pastoure au rapport . Des protestations murmurantes montent sous la coupole apres qu’un des vocables beugle par un plus grand ensemble de voix est parvenu a etouffer l’autre. Ah! dit-il, c’est a ca que tu en viens? et voila la mauvaise mouche qui te pique, mechant mascare! (noirci). Le geai me passait sur la tete.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *