L’aspect du décor a de la grandeur et convient à l’action héroïque du drame

Il est clair que dans _l’Ami Fritz_, sans l’eau qui coule de la fontaine, la légende de Rébecca n’a aucune raison de se représenter à la mémoire de Sichel. Ce qui domine donc tout d’abord la mise en scène d’une oeuvre dramatique, c’est le jugement littéraire qu’en porte le directeur chargé des soins et de la responsabilité de la représentation. L’intérêt dramatique de la scène aurait dû être dans la colère de Jacques Rantzau, et c’est le concert que lui donne son frère Jean qui aurait dû être placé hors de la scène. Mais, à en juger d’après l’_Egmont_ de Goethe, le génie allemand accorde à la musique une puissance idéale et imaginative qu’elle ne peut avoir que dans l’opéra où le poète y ajoute un sens littéraire. Les idées qui flottent dans l’imagination des hommes sont semblables aux images que nous tenons dans le champ de notre lorgnette et qui, selon les dispositions relatives que nous donnons aux foyers des lentilles, se rapprochent et se précisent ou s’éloignent en se diffusant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *