La transparence de l’atmosphère, la netteté des lignes, l’égalité des effets, la coloration puissante des tons,

Le décor. Ces deux représentations ne peuvent jamais être qu’idéales, c’est-à-dire conçues et rendues idéalement par la réduction forcée du temps nécessaire à la succession des phénomènes morbides, par la prédominance des effets généraux et par l’effacement des traits particuliers. Dans la tragédie, premièrement, les soldats, les gardes, les licteurs doivent se présenter sur la scène en groupe irrégulièrement serré, en ayant soin d’éviter toute disposition pouvant présenter l’apparence de files ou de rangs; deuxièmement, ils ne doivent jamais exécuter un mouvement ayant une apparence de manoeuvre. Nous n’y ajouterons pas les nôtres, bien que l’école réaliste ait souvent mérité les sévérités de la critique en flattant les instincts les moins nobles de l’humanité et en prenant le succès d’une oeuvre d’art pour la mesure de sa moralité. Le théâtre de Victor Hugo. Pour en faire utilement l’application à la mise en scène, il est nécessaire de la transformer.

1 commentaire

  1. Hey very cool web site!! Guy .. Excellent ..
    Wonderful .. I will bookmark your site and take the feeds also?
    I’m happy to seek out numerous useful information here in the publish,
    we need work out more strategies in this regard, thank you for sharing.
    . . . . .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.