La locomotive et les voitures du train n’avaient que les dimensions que leur imposait la perspective

Elles seraient, en effet, en contradiction avec la représentation que notre imagination nous fait de la vie orientale, et c’est cette représentation-là que nous doit le metteur en scène. A un autre point de vue, il est juste de dire que la nécessité de la mise en scène s’impose d’autant plus que l’oeuvre est plus faible.

Un peintre, choisissant une scène de visites pour sujet d’un tableau de genre, sera naturellement vrai en reproduisant la réalité, et il ne viendra à l’esprit d’aucun spectateur du tableau de comparer le nombre des visiteurs à celui des sièges. De la couleur locale. Cette difficulté consiste, au point de vue dramatique, dans la juxtaposition, incohérente pour l’esprit, de l’idéal et du réel, et, au point de vue théâtral, dans la juxtaposition incohérente pour l’oeil, du vrai et du faux. C’est une des conditions actuelles de la mise en scène. Le rôle de Phèdre nous montrera, avec bien plus de force encore, la nécessité d’achever la réforme du costume tragique, en l’associant en quelque sorte plus étroitement aux mouvements des passions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *