La juxtaposition de la réalité empêche donc l’illusion de se produire au même degré que si

La place qu’occupe Phèdre, à gauche de la scène et non loin de la zone invisible, n’est nullement en rapport avec l’importance psychologique et dramatique du personnage dans cet acte. L’importance de ce costume de Phèdre est beaucoup plus grande qu’un examen superficiel ne permettrait de le croire. Nous avons vu, à propos du rôle de Théramène et de celui de Thésée, que la variété ou l’uniformité de costume dépend d’une loi qui a sa raison d’être dans le développement de l’action dramatique. Le goût du public, variable d’une génération à l’autre, se lasse peu à peu du même spectacle, et il lui semble, à tort ou à raison, qu’en introduisant quelque variété dans l’appareil théâtral, on pourra se rapprocher d’un idéal qu’en fait on n’atteint jamais. Les acteurs qui abordent ces rôles sont obligés d’exercer sur eux une contrainte sévère, de maîtriser tout mouvement qui pourrait trahir leur personnalité moderne, de tenir enfin leur être tout entier sous la dépendance de la passion dont ils prennent le langage ou du caractère général aux impulsions duquel se plie l’action dramatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *