Je crois t’avoir entendu dire que tu etais arrive ici dans l’intention d’epouser ta cousine, dona

Oui, repondit le comte, mais nous n’y voyons goutte, vous n’allumez donc pas votre torche? –Elle est allumee, mais il serait par trop imprudent d’en montrer ici la lumiere; suivez-moi entrainant vos chevaux par la bride. Orsini se mit a rire: –Ces amoureux sont tous les memes, des jaloux.

Apres avoir pendant quelques minutes tortille les moustaches de son fils, baise ses levres palies et ses cheveux soigneusement calamistres, elle se roulait sur la peau de tigre qui lui servait de descente de lit, croquait quelques biscuits, vidait d’un trait un verre de porto, puis d’un bond de gazelle s’elancant sous les draps bordes de points d’Angleterre, elle fermait delicieusement ses paupieres lisses aux cils longs et frisottants, disant avec un leger remuement de levres: –Allez vous coucher, monsieur, il est tard et j’ai sommeil! Quant au pauvre petit coeur de Philippe et a ses nerfs revoltes, leur tranquillite etait definitivement troublee. Le pave sec et gris, le ruisseau solide. Il est alle au _Suve de Rampaou_; oui, cela est cela. Tant elle est de potiches trapues et de stores barioles pleine la chambre. Mon nom vous le connaissez, je suis le comte Ludovic Mahiet de la Saulay; ma famille, originaire de Touraine, est une des plus anciennes de cette province, elle remonte aux premiers Francs: un de mes ancetres fut, dit-on, un des leudes du roi Clovis qui lui fit don pour ses bons et vaillants services de vastes prairies bordees de saules d’ou plus tard ma famille tira son nom. Quand la nuit vint, la poursuite fut abandonnee. A ce moment le lievre deboula, enorme, en plein decouvert; Maurin le visait. Tandis que de jeunes hommes etouffent de criailleries le bruissement qui plane: Tu as une veine de cocu! Le roi! Tu es baise! et jettent les cartes sur le marbre avec une bestiale rage. . Dommage, que d’apres ce que je vois, pour le coeur, je ne sais pas de qui tu tiens, et peut-etre, malheureusement, tu l’as dur comme le reste. Son compagnon, de beaucoup plus jeune, car il ne paraissait avoir que vingt-cinq a vingt-huit ans, etait grand, un peu maigre, et d’apparence non pas maladive, mais delicate; sa taille elegante, elancee et bien prise, ses pieds et ses mains d’une petitesse extreme denotaient la race; ses traits etaient beaux, sa physionomie sympathique et intelligente, empreinte d’une grande expression de douceur, ses yeux bleus, ses cheveux blonds, et surtout la blancheur de son teint, le faisaient tout de suite reconnaitre pour un Europeen des climats temperes nouvellement debarque en Amerique. Aux bras de ses chers inities elle s’appuye et ses levres rosatres sourient a la fraicheur bruissante de l’air; et ses sourcils broussailleux, pales, se froncent a la gifle salee de l’embrun.

L’elan des peones avait ete si impetueux que la barricade avait ete franchie du premier bond et les deux partis s’etaient attaques a l’arme blanche, trop rapproche, l’un de l’autre pour se servir de leur fusils ou de leurs pistolets. Mais ils les abandonnent soudain, les jeunes garcons, a l’aspect terrifiant d’un chapeau haute forme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *