En résumé et pour conclure, l’école naturaliste, en abordant le théâtre, se verra enfermée dans un

Erckmann-Chatrian.

La règle est générale et on en trouvera l’application dans toute mise en scène bien conçue. Or, à la faveur de cet appareil et grâce au prestige de quelques acteurs en renom, on parvient à imposer aux applaudissements de la province des pièces d’une valeur intrinsèque inférieure. Malheureusement, le devoir qui incombe à un théâtre subventionné est rarement bien compris de la foule.

L’art dramatique ramené ainsi à n’être que de l’art théâtral devient un art tout à fait inférieur. Que nous sommes déjà loin cependant des tréteaux sur lesquels, dans l’_Avocat Patelin_, maître Guillaume vient étaler ses pièces de draps! Or la veille du jour où vous avez vu _Bertrand et Raton_, vous aviez pu voir _Pot-Bouille_ à l’Ambigu et admirer le magasin des Vabre avec son élégant escalier en spirale, avec ses commis, ses acheteuses qu’un équipage réel attend à la porte; et le lendemain vous avez peut-être vu _la Charbonnière_ à la Gaîté. Puis le dialogue vif, alerte reprenait, et le vaudeville continuait sans grande ambition littéraire, éveillant ainsi de temps à autre la sensibilité du public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.